0

Ces allergies qui nous empoisonnent la vie

Elles sont invisibles à l’œil nu et peuvent apparaître à n’importe quel moment de la vie, les allergies peuvent nous empoisonner l’existence au quotidien.

Nous ne sommes pas tous sujets à des allergies heureusement Mais le nombre de sujets ne cesse d’augmenter depuis des années. Qu’elles soient dues à l’alimentation, aux acariens, aux médicaments, aux pollens, etc. Les allergies sont une réaction de défense de l’organisme, de manière inadaptée et exagérée, à certaines substances environnantes proches ou ingérées.

Il existe une multitude de symptômes, allant du plus bénin au plus grave. Conjonctivite, eczéma, urticaire, rhinite, œdème de Quincke ou choc anaphylactique grave. Ce dernier peut provoquer la mort en quelques minutes.

Qu’est-ce qu’une allergie ?

L’allergie est tout simplement une réaction anormale d’hypersensibilité. C’est une défense du système immunitaire vis à vis d’éléments étrangers à l’organisme. Ces derniers sont bien souvent inoffensifs, ce sont les allergènes.

La réaction allergique peut apparaître au niveau des yeux, sur la peau, par le système digestif ou les voies respiratoires.

Il existe de nombreux symptômes, dont les effets peuvent passer d’une gêne oculaire bénigne à un choc anaphylactique qui lui, est brutal et mortel. Ces symptômes varient en fonction de la personne concernée et de l’allergène.

Il faut savoir que la prévalence des allergies est deux fois plus importante depuis les deux dernières décennies. L’OMS a classé ce groupe au 4ème rang des maladies les plus fréquentes.

Voici les différentes allergies constatées

Allergie alimentaire

L’allergie alimentaire peut être assez complexe à traiter, surtout si elle est dite croisée, souvent avec le pollen. C’est un ensemble de réactions immunitaires et anormales, suite à l’ingestion d’un aliment. On appelle les allergènes ingérés les trophallergènes.

Ce type d’allergie peut provoquer des difficultés respiratoires, digestives et cutanées.

Lucite : Allergie au soleil

Nous pouvons retrouver deux sortes de lucite. La polymorphe est une forme rare. Provoquée par les UVB, elle apparaît le lendemain d’une exposition au soleil. Elle a une durée de plusieurs mois entre le printemps et l’automne, en touchant toutes les parties du corps exposées au soleil.

La lucite estivale bénigne est provoquée par les UVA et survient, elle, après 2 et 3 jours d’exposition. Le visage est souvent épargné, contrairement au décolleté, aux bras et aux épaules. Cette forme de lucite disparaît après une à deux semaines et ne reviendra pas si on maintient le bronzage estival.

Les précautions à prendre sont simples : l’utilisation d’un écran total et une interdiction de s’exposer au soleil entre midi et 16 h. Les traitements à préconiser en cas de poussée de lucite, sont les antihistaminiques et dermocorticoïdes.

Allergie aux acariens

Les acariens sont souvent très allergisants et responsables de graves problèmes en majorité respiratoires. Ces micro-organismes sont invisibles à l’œil nu et vivent dans la poussière de la maison. On les retrouve en grosse quantité nichés dans les tapis et moquettes, les rideaux, ou encore entre le matelas et le sommier du lit, etc.

Allergie au pollen

Avec l’allergie alimentaire, celle liée au pollen font partie des allergies les plus connues. On la retrouve au printemps et en été, provoquant des réactions inflammatoires qui touchent les yeux, les voies respiratoires et provoquent des éternuements, larmoiements etc.

La pollinose est provoquée par le pollen des arbres. C’est un ensemble de particules produites selon les saisons et les espèces végétales. De nos jours, avec la pollution et le réchauffement climatique, les arbres et les plantes fabriquent plus de pollen que les 5 dernières décennies. De même, la durée de pollinisation est étendue sur l’année. Ceci est dû au fait de leur faculté génétique à assurer la survie de leur espèce.

Pour information, le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) propose publiquement une application https://www.pollens.fr/ sur les alertes polliniques, qui peuvent être consultées par département et pollens recherchés.

Les autres allergies connues

Il existe également d’autres groupes d’allergies. Comme par exemple, les allergies de la peau. Les réactions cutanées viennent souvent de produits nettoyants ou cosmétiques, de bijoux qui contiennent du nickel, ou encore du latex. Elles se manifestent par des lésions uticatiennes ou par un eczéma appelé de contact.

Les médicaments

On peut noter aussi l’allergie liée aux médicaments. Réaction cutanée, vomissements, crampes abdominales et diarrhées, irritation oculaire, troubles respiratoires ou même choc anaphylactique.

Les allergies respiratoires

Les allergies respiratoires sont caractérisées par deux symptômes : la rhinite et l’asthme. Un constat navrant est mis en avant, celui du taux de personnes touchées qui est plus élevé dans les pays industrialisés.

Les rhinites allergiques

Les rhinites allergiques sont repérées lorsque les yeux sont irrités, que le nez coule et qu’on éternue plusieurs fois de suite. On les appelle rhume des foins ou rhinites saisonnières quand elles sont liées au pollen. Mais le pollen des plantes, les moisissures, les substances sur les poils ou la peau des animaux sont également des facteurs de risques.

Les chats et leurs allergènes

L’allergie aux chats est assez fréquente. Les poils de nos petits amis à quatre pattes ne sont pas responsables d’effets indésirables. Mais la protéine que l’on retrouve dans leur salive, sur leur peau ou dans les urines de ces derniers, oui. Tout comme l’allergie à l’écorce de l’arbre, appelée aussi syndrome du sapin de Noël. Et également l’allergie aux piqûres de moustiques (abeilles, guêpes,…), le traitement le plus efficace est celui de rester à bonne distance de ces derniers.

L’asthme est l’un des effets lié aux allergies et qui peut paraître impressionnant, surtout si le symptôme survient le soir. Les difficultés respiratoires peuvent être soit un simple sifflement de la respiration, mais peut aller jusqu’à une perte totale du souffle. Les pollens et acariens sont majoritairement responsables de ces allergies. Mais également celles des animaux et certains aliments dont surtout les fruits secs.

Savoir reconnaître une allergie et qui est concerné ?

Grippe, rhume, allergie ou coronavirus. Pas évident de pouvoir différencier ces quatre grands groupes aux symptômes similaires. Lorsqu’il y a de la fièvre et tout simplement l’altération de l’état général, on peut écarter une simple allergie ou un rhume. Dans tous les cas, si les symptômes sont forts et persistants, il est nécessaire d’avoir l’avis d’un professionnel de santé. Un bilan est utile pour écarter la possibilité d’infection par le coronavirus.

En terme de localisation des allergies, on retrouve des pollens plus ou moins allergisants. Les graminées sont assez virulentes en Ile-de-France, dans l’Est, en Rhône-Alpes, dans le Nord, l’Ouest et le Sud-Ouest. Elles sévissent de mai à fin juillet.

L’Ile-de-France, l’Est, le Nord et le Centre sont concernés, eux, surtout en avril par le pollen des bouleaux, dont l’écorce blanche se différencie facilement.

Les orties et autres urticacées apparaissent surtout en mai et juin dans le Sud / Sud-Ouest.

Au début de l’automne, entre août et septembre, la région Rhônes-Alpes est dérangée par la pollinisation de l’ambroisie. Alors que plus tôt au moment du printemps, de février à avril, ce sera le Sud qui sera colonisé par le pollen des platanes et des cyprès.

Informations utiles sur les allergies

Les principaux facteurs de risque pour développer des allergies

L’asthme et la rhinite allergique sont amplifiés à cause de la pollution de l’air qui provoque la modification de pollinisation de certaines plantes et arbres

Durant la grossesse et à la naissance du nourrisson, le tabagisme maternel augmente de manière significative les risques d’asthme

Mais avant cela, l’hérédité est un premier facteur directement transmis par sa famille à l’enfant

Le risque d’allergie alimentaire aux arachides serait augmenté suite à l’exposition à des crèmes ou lotions à base d’huile d’arachide. Et ce, au cours des 6 premiers mois du nourrisson.

Est-il utile de consulter ?

Dans un premier temps, un médecin généraliste pourra faire un premier diagnostique et proposera un traitement anti-allergique basique.

En cas de symptômes persistants et gênants, le patient sera envoyé à un allergologue, afin qu’il détermine avec précision l’origine des allergies. En fonction des résultats de différents tests, ce dernier pourra proposer une désensibilisation.

Dans l’éventualité de l’apparition de symptômes graves (crise d’asthme sévère, œdème de Quincke, choc anaphylactique), la prise en charge par le SAMU ou les urgences les plus proches sera nécessaire, voire vital.

Durée et complications

Les allergies ont une durée de vie variable d’un individu à l’autre. Elles sont imprévisibles. Dans certains cas, les allergies respiratoires évoluent en s’atténuant au cours de sa vie.

Les allergies de type alimentaire vont, au contraire, être persistantes et les allergies liées aux piqûres d’insectes ont, quand à elles, tendance à s’aggraver à chaque fois.

Il ne faut pas oublier que l’allergie est une pathologie chronique, qui demande une surveillance et une vigilance soutenues. Même si certaines peuvent évoluer dans le bon sens.

Le choc anaphylactique est la complication la plus grave entre toutes les allergies, car elle peut être fatale au sujet qui en fait l’objet. Outre cela, des complications peuvent apparaître avec les rhinites et une surinfection jusqu’à l’apparition de sinusites. Tout comme pour les allergies cutanées et de possibles infections en lien avec des démangeaisons incontrôlées. Des effets psychologiques peuvent apparaître chez certaines personnes qui ont des symptômes allergiques quotidiens.

Les traitements des allergies

Une fois l’allergène déterminé grâce à une batterie de tests, la meilleure chose à faire reste l’éloignement ou l’éviction de la cause de l’allergie.

En cas de symptômes graves et si une simple mise à l’écart n’est pas évidente à mettre en place, il est possible de prendre un traitement afin de soulager le sujet. Collyres, crèmes, solutions nasales ou comprimés peuvent être prescrits par ordonnance ou simplement trouvés dans les pharmacies en vente libre.

Les traitement oraux et auto-injections

Une précaution toute particulière est à donner aux personnes qui rencontrent certaines allergies au niveau de l’alimentation. Les aliments les plus virulents sont ; les noix et arachides, le poisson et les crustacés. Ces derniers peuvent causer un choc anaphylactique. Il est préconisé de toujours garder avec soi un auto-injecteur d’épinéphrine qui diminuera la réaction allergique en attendant les secours. Attention aussi aux allergies de piqûres d’insectes comme les guêpes.

Les principaux médicaments anti-allergiques sont : les antihistaminiques, qui soulagent les effets des allergies. Ils sont majoritairement accessibles en vente libre. Les décongestionnants soulagent les sinus. Les antileucotriènes et corticostéroïdes sont délivrés uniquement par prescription du médecin.

La désensibilisation

La désensibilisation est une manière de venir à bout de certaines allergies récurrentes. Elle a le rôle d’habituer de manière progressive la personne allergique, afin que cette dernière ne développe plus des symptômes gênants. On injecte les allergènes en doses sous cutanées, de manière progressive, sur une durée pouvant aller jusqu’à plusieurs années. C’est un procédé long et parfois coûteux, effectué par un allergologue. Cependant, les résultats de ce traitement sont encourageants.

Nous l’avons vu, les allergies touchent un grand nombre de personnes, 1 français sur 4 est concerné. La première prévention pour contrer les allergies, et avant tout de déterminer au plus juste les allergènes qui posent soucis et ainsi, de pouvoir les éviter. La désensibilisation, surtout pour les piqûres d’insectes, reste une excellente solution malgré la longueur et le côté contraignant du traitement.

Si vous êtes concerné, de nombreuses associations et sites d’informations existent, afin de pouvoir guider au mieux les personnes allergiques. Que ce soit pour un rhume des foins, de l’asthme ou encore des problèmes respiratoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *