0

Opéra et Préparation Physique

Qui a dit que le monde de l’Opéra et celui de la préparation physique n’avait aucun rapport ?

Voici l’interview d’Aurélien Reymond-Moret, chanteur professionnel et client régulier quadra-force / TNT Sport.

Interview d’Aurélien Reymond-Moret Chanteur d’Opéra

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Aurélien, j’ai trente-sept ans, et je suis chanteur lyrique professionnel (ténor) depuis maintenant dix ans. J’habite dans le Chablais depuis 2009. J’ai suivi un parcours de musicien classique depuis que je suis enfant, entre conservatoire et fac de musicologie, je chante pour des théâtres et des structures professionnelles en France et en Suisse. Je me produis donc sur scène en soliste ou en coeur, en récital d?Opéra, mais aussi dans un répertoire de vieilles chansons françaises et d’Opérette accompagné par un accordéoniste sous le nom du “Ténor à Bretelles”.

Le spectacle d’Opera, une préparation minutieuse

Pouvez-vous nous expliquer le déroulement d’un spectacle d’Opéra ?

Alors déjà, il faut savoir qu’un Opéra se prépare très longtemps à l’avance, parfois des mois voire des années, aussi bien au niveau musical qu’au niveau physique car il est parfois nécessaire d’adapter son apparence au rôle en question. Perdre ou prendre du poids par exemple ou se laisser pousser la barbe et se préparer mentalement.

Un mois avant la première (généralement) ou parfois beaucoup moins, les répétitions commencent et nous apprenons la mise en scène, comme au théâtre il faut donc que tous les chanteurs arrivent en connaissant parfaitement leur rôle chanté pour se concentrer sur les actions scéniques. Puis les répétitions se succèdent jusqu’à la générale où nous faisons le spectacle en entier, et enfin arrive la première. 

La veille et les jours de spectacle, chacun a sa propre méthode pour se préparer, se concentrer, évacuer la pression, se détendre. C’est exactement comme un sportif à quelques heures d’un match ou d’une compétition… En ce moment, je m’intéresse à l’auto-hypnose. Quand l’heure de rentrer sur scène arrive, c’est un mélange de trac, d’excitation, d’envie… Et puis le spectacle commence.

Rien n’est jamais vraiment pareil : l’ambiance, les performances, les sensations, le public… Puis à la fin, en général, un grand plaisir mais il faut bien vite penser à la prochaine représentation.

Rapport entre la corpulence et la voix

Existe-t-il un lien entre la corpulence et le timbre de voix ?

Même s’il est vrai que la caricature représente souvent le chanteur et la chanteuse d’Opéra comme corpulents, les choses ont bien évolué ces dernières années, et les chanteuses et chanteurs d’Opéra font de plus en plus attention à leur image. Et donc forcément à leur silhouette.

Je ne pense pas que la corpulence agisse directement sur le timbre de la voix, même si cela pourrait être cool de prendre du poids et de voir la puissance vocale augmenter… Il existe des chanteurs plutôt secs avec une voix très puissante et inversement. Je pense que si parfois certains chanteurs sont un peu fort, c’est qu’il est malgré tout compliqué de dégager du temps au milieu des répétitions, des spectacles et des voyages pour une pratique sportive poussée et une hygiène de vie optimum…

Même si des solutions existent, il est parfois difficile de se rajouter une discipline en dehors de la scène. Ce que l’on remarque malgré tout, c’est que les chanteurs sont souvent de bonne constitution, ont de bonnes épaules et un tronc puissant… Et même enrobée, leur carrure laisse entrevoir une bonne musculature générale. Psychologiquement, il faut un bon gros mental.

Préparation physique pour l’Opéra, les précautions à prendre

A quoi ressemble votre préparation physique ? Quels sont les muscles que vous travaillez en priorité et pourquoi ?

Il y a deux ans, j’ai presque exclusivement travaillé sur Genève et Lausanne J’étais donc beaucoup dans la région, avec du temps en journée…

J’ai rencontré un coach et nous avons fait une saison de musculation complète : préparation physique générale, prise de masse, travail de force, sèche. J’ai adoré cette saison, et j’ai beaucoup travaillé techniquement pour apprendre les bases le plus sainement possible aussi bien au niveau de la constitution des séances que de l’exécution des exercices. J’ai appris beaucoup de choses, c’était passionnant. J’ai retrouvé beaucoup de points communs avec le chant au niveau de la concentration, de la proprioception, de la discipline et surtout la régularité.

Depuis, je suis beaucoup plus souvent en déplacement. Je dois donc adapter ma préparation. Quand je suis à Thonon (74), je vais en salle et je travaille plus en prise de masse, avec un travail lourd et général (squats, développés, soulevés de terre et travail d’isolation). J’essaie de travailler tous les groupes musculaires dans une démarche plutôt généraliste, avec une petite insistance sur le dos et les bras afin d?avoir une belle tenue et une belle posture sur scène.

Les muscles du dos et de la nuque sont directement reliés à l’appareil phonatoire. Je reste malgré tout prudent sur le travail des abdos afin de ne pas me poser de problème au niveau de la respiration. Je privilégie notamment les obliques et les transverses par rapport au grand droit. Car s’il est trop sollicité, il peut poser problème au niveau du diaphragme et donc de la soufflerie. Et une autre chose importante, j’essaie de ne pas travailler en apnée et de ne pas retenir ma respiration lors de l?effort, pour ne pas appuyer sur les cordes vocales…

Il existe des anecdotes sur des chanteurs qui se sont fait mal aux cordes en soulevant un poids trop lourd…

J’ai lu pas mal de choses sur la respiration durant les exercices. Certains conseillent de bloquer la respiration, d’autres d’éviter : dans le doute, je reste prudent.

Quand je suis en déplacement, je m’adapte avec un travail en poids de corps ou, si je suis en période de sèche, des programmes comme Tabata ou Insanity, que l’on peut parfaitement tenir dans une chambre d’hôtel.

Quand je ne suis pas en préparation, j’essaie de garder la forme avec, au moins trois fois par semaine, du footing, du vélo ou de la natation. Notre région entre montagne et lac se prête parfaitement à ces activités.

Un mot sur l’alimentation et la supplémentation

Un mot sur votre alimentation ? Utilisez-vous des compléments alimentaires si oui lesquelles ?

Je n’aime pas les shakers de protéines donc je garde les sources de protéines présentes dans l’alimentation. Par contre, je ne néglige pas les BCAA avant et après entrainement, pour la récupération. De la créatine TNT en période de prise de masse, et en période de sèche, je prends du Burner TNT.

Je n’aime pas fouiller sur internet. Je préfère faire confiance aux produits d’une boutique qui a pignon sur rue (TNT Sport, 16 Rue Vallon, 74200 Thonon les Bains), et discuter directement avec un professionnel qui engage sa crédibilité dans les produits qu’il vend.

En général, mon alimentation est pauvre en glucides. Le régime Atkins me va bien et il est facile à tenir. Cela me permet de maintenir une bonne silhouette sans trop de contraintes, avec un petit plat de pâtes pour les périodes où je peux travailler plus lourd en salle, et les jours de fête ;-).

Des qualités identiques à celle d’un athlète

Quelles sont les qualités requises pour être un bon chanteur d’Opéra ?

Il faut être un gros travailleur, apprendre vite et ne pas se décourager quand les choses se compliquent.

De la discipline, beaucoup de passion et si possible une bonne santé.

Personnellement, une pratique sportive quelle qu’elle soit me tient loin du médecin et en bonne forme vocale. Un bon mental tout comme un sportif.

L’analogie sport et chant est tout à fait pertinente. Les entrainements sont comparables aux répétitions, et les matchs aux concerts.

Résultats, performances, rigueur, les valeurs sont les mêmes.

Quelles sont vos références en Chanteurs d’Opéra ?

Mes références sont les grands ténors comme Pavarotti, Domingo, Alagna mais aussi des gens du métier que je croise sur scène et que j?admire beaucoup.

Avez-vous une citation, une maxime préférée ?

« Le talent c’est d’avoir envie. » « Tenter de devenir chaque jour la meilleur version de soi-même. »

Ou pour le sport : « Le seul mauvais entrainement c’est celui que l’on ne fait pas.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *