0

Les boosters de NO et le coronavirus ?

Les boosters de NO sont utilisés par les pratiquants de musculation pour de multiples bénéfices. Cependant ont-ils un effet pour se protéger contre le redoutable coronavirus ?

Qu’est ce que le NO ?

Le NO ou monoxyde d’azote est une molécule gazeuse essentielle produite par le corps. Ce composé chimique est composé d’un atome d’oxygène et d’un atome d’azote.

Il est synthétisé naturellement par le corps à partir de la L-arginine et de l’oxygène par plusieurs enzymes dites NO synthases (NOS). Le NO a pour rôle d’encourager le relâchement des muscles lisses autour des vaisseaux sanguins pouvant ainsi s’élargir et se dilater.

Lorsque le vaisseau sanguin est dilaté, il peut transporter plus facilement les différents nutriments aux muscles et aux différents organes, ils peuvent aussi plus facilement dégager les déchets et métabolites indésirables.

Cependant les supplément qui boostent cette production de NO peuvent avoir un effet protecteur contre le coronavirus.

En tout cas c’est ce que suggère une étude in vitro publiée par le microbiologiste suédois Dario Akaberi, affilié à l’université d’Uppsala, dans Redox Biology (1).

Etude sur rapport entre NO et coronavirus

En effet, dans cette étude, ce chercheur a libéré le coronavirus sur des cellules épithéliales dans son laboratoire et a ensuite regardé le virus se multiplier. De plus, le chercheur a également exposé certaines cellules à la S-nitroso-N-acétylpenicillamine [SNAP] au même moment.

La S-nitroso-N-acétylpenicillamine est un booster de NO.

Précisons que Dario Akabari n’a pas expérimenté avec les substances que l’on peut trouver dans les boosters de NO, développés par l’industrie du complément alimentaire, mais avec une substance qui a un effet similaire.

Les résultats ont montré que plus la concentration de S-nitroso-N-acétylpenicillamine est élevée, plus le coronavirus se multiplie lentement.

Les boosters NO freinent-ils le coronavirus ?

Chaque point dans les cercles ci-dessous est une cellule qui ne fonctionne plus correctement à cause du virus.

La figure ci-dessous montre comment les boosters de NO inhibent le virus. La S-nitroso-N-acétylpenicillamine sabote l’enzyme protéase. Après avoir infecté une cellule, un virus a besoin de la protéase pour se multiplier.

NAP = N-acétylpénicillamine non S-nitrosée. Disons : SNAP, mais sans groupe NO à donner. Un peu simple, mais bien.

“Nous concluons que le NO peut être appliqué pour un usage clinique dans le traitement du COVID-19 et d’autres infections à coronavirus humain”, concluent les Suédois.

Source : https://www.ergo-log.net/do-no-boosters-inhibit-the-coronavirus.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *