7

La Ghréline, l’hormone qui vous met la dalle

ghréline

Vous avez toujours faim et vous n’arrivez pas à vous contrôler ? Nous avons enfin trouvé le coupable, c’est la ghréline !

En 1999, une nouvelle hormone a été découverte par le chercheur Masayasu Kojima. On sait qu’elle joue un rôle très important dans l’appétit. Il s’agit de la ghréline, la première hormone de régulation de l’appétit à avoir été découverte.

Le fonctionnement de la ghréline.

La ghréline est donc une hormone stimulant l’appétit. En effet, son taux est élevé avant les repas et va diminuer à mesure que l’estomac se remplit. La leptine, produite par les adipocytes, induit la satiété lorsque son taux augmente. Elle est donc considérée comme l’antagoniste de la ghréline.

Cette hormone est sécrétée par les cellules de l’estomac. Lorsque le corps a besoin d’un apport énergétique et donc de s’alimenter, il y a une libération de ghréline. Au fur et à mesure que le repas est ingéré, il y a une diminution de cette hormone, ce qui met un terme à la sensation de faim.

Ghréline et obésité, une étude prometteuse

La ghréline, bien que découverte récemment, a fait l’objet de nombreuses études. On suppose qu’inhiber son action pourrait permettre de lutter contre l’obésité due à une alimentation non-contrôlée. En effet, on ne parle pas des obésités dues à des pathologies diverses ou dérèglements hormonaux.

Cette hormone ne serait donc pas mise en cause dans l’obésité ?

Pas si sûr. Heureusement, à l’Université de Rouen, l’équipe Inserm de l’Unité 1073 “Nutrition, inflammation et dysfonction de l’axe intestin-cerveau” a élucidé le mécanisme à l’origine de cette hyperphagie.

Certains anticorps auraient une affinité plus importante avec la ghréline chez les patients obèses. Cette affinité entraînerait une stimulation plus longue de l’appétit.

Suite à une période de surabondance de nourriture, un sujet sain doit avoir de manière spontanée, une tendance à la réduction de son apport alimentaire. Cette réduction de nourriture devrait lui permettre de retrouver son poids de base. Cette régulation alimentaire, est mise en place par une zone du cerveau, l’hypothalamus. Elle permet d’adapter la prise alimentaire en fonction des réserves et des besoins.

Cependant, chez beaucoup de malades souffrant d’obésité, ce mécanisme est défectueux. En effet, malgré toute la bonne volonté, ils continuent à manger beaucoup trop et de ce fait ne maigrissent pas, au contraire, ils prennent encore du poids. Ce constat est d’autant plus troublant que la ghréline, hormone de la faim, est à un taux plutôt bas chez ces patient obèses.

Les immunoglobulines transportent plus de ghréline vers le cerveau chez les obèses

Les chercheurs ont finalement mis en évidence dans le sang des patients obèses, une présence d’anticorps particuliers ou immunoglobulines, qui identifient la ghréline et vont de ce fait, moduler l’appétit. En effet, les immunoglobulines vont protéger la ghréline en se liant avec elle, et empêcher qu’elle se dégrade rapidement. De ce fait, la ghréline va agir sur le cerveau plus longuement et stimuler davantage l’appétit.

Selon le chercheur Sergueï Fetissov, les immunoglobulines sont plus attirées par l’hormone de la faim chez les patients obèses que chez les patients ne souffrant pas de surpoids. C’est cette “affinité” qui va leur permettre de transporter plus de ghréline vers le cerveau et déclencher les envies de manger.

Cette étude très prometteuse pourrait permettre de mettre en place des traitements pouvant agir sur ce mécanisme et réduire l’hyperphagie constatée chez les patients obèses.

Whey et satiété

Une solution pour lutter contre les effets de la ghréline est de consommer de la whey. La whey ou protéine de lactosérum offre un sentiment coupe-faim rapide. Elle est traditionnellement utilisée dans les régimes hyperprotéinés pour perdre du poids ou pour prendre du muscle sec. La whey peut devenir une arme redoutable pour résister aux fringales.

Un apport en protéine suffisant peut vous procurer un véritable effet coupe faim. En effet, la protéine en poudre de whey stimule l’hormone cholécystokinine. C’est une hormone peptidique gastro-intestinale qui sera libérée et induira votre organisme en erreur, en lui envoyant un signal de satiété.

Alors quitte à vous ruer sur de la nourriture, pensez à votre collation de protéines en poudre. C’est une collation très peu calorique, et bonne pour maintenir la masse musculaire. La protéine pourra vous aider à mieux lutter contre votre ghréline.

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.